Serious Game : qu’est-ce qu’un avatar ?

0 Commentaire Lire Serious Games, Tools, Workshops

Aujourd’hui, j’avais envie de vous en dire un peu plus sur une de mes passions : les Serious Games. La première fois que j’ai participé à un Serious Game, c’était il y a 6 ans, lors d’une formation avancée que je suivais en scénarisation. Nous ne parvenions pas, avec les autres participants, à faire émerger des idées suffisamment pertinentes autour du scénario sur lequel nous étions en train de travailler.

L’animateur, constatant que nous étions visiblement bloqués, nous proposa alors de jouer à un jeu, et sortit de son sac des petits soldats de plomb.

Il nous demanda de reconstituer la scène sur laquelle nous étions en train de travailler, et nous demanda, plutôt que de réfléchir de manière rationnelle, de nous amuser, comme lorsque nous étions enfants.

Passées les 25 premières secondes de gêne, parce que nous n’avions plus l’habitude de nous assoir par terre pour nous amuser comme quand nous étions gosse, le jeu démarra. Et, durant tout le jeu, notre animateur orientait la dynamique narrative de cette histoire qui prenait vie entre nos mains et notait tout sur des feuilles de paperboard.

Au bout de 45 minutes, il nous invita à venir regarder le fruit de notre “travail”. C’était stupéfiant ! Nous avions été 10 fois plus prolifiques pendant ce court moment hors du temps que durant tout le reste de la journée.

Depuis, après m’être moi-même formé au Serious Game, j’ai toujours dans mon pack de formateur des petits soldats de plomb…

Bref, que c’était-il passé ? En créant un atelier autour d’un objet lié, dans nos imaginaires, à des jeux d’enfants, Notre formateur avait mis en oeuvre ce qu’on appelle, dans le domaine des serious games, un avatar ! Vous voulez en savoir plus sur ce mot mystérieux qui vous évoque plus un maitre des éléments ou un type dans la peau d’un extra-terrestre bleu ?

Dans cet article, c’est promis, je vous dis tout !

Le post-it : l’avatar que nous connaissons tous sans le savoir

En fait, même si vous n’avez jamais entendu parler des avatars, vous en avez tous forcément utilisé si vous avez suivi des formations ou s’il y a une culture du workshop dans votre entreprise.

Parce que le tout premier des avatars, en tous les cas le plus utilisé par les formateurs, parce que le plus simple à mettre en oeuvre et le plus polyvalent, c’est tout simplement notre bon vieux post-it. Oui oui ! Je parle bien de ces petits carrés de papier repositionnables que vous avez sur le coin de votre bureau ! Et le post-it est très intéressant à ce titre pour comprendre ce qu’est un avatar dans un contexte de Serious Game.

Quel est l’intérêt du post-it ?

Premièrement, il s’agit d’un support neutre, c’est à dire qu’au delà de son usage de base (le pense-bête), on peut très facilement projeter sur lui d’autres possibles. Vous voulez, par exemple, travailler sur un storyboard pour une présentation ? Et bien dessinez sur vos post-its ! Vous allez pouvoir créer votre storyboard de manière beaucoup plus efficace qu’avec de simples planches de storyboards.

Deuxièmement, il s’agit d’un support qu’on peut adapter à une multiplicité de supports ou dynamiques de jeu. Vous avez un paperboard, un feutre et des post-its ? Vous avez tout le matériel nécessaire pour inventer des milliers de jeux pour vos stagiaires. Cette polyvalence du post-it, et de l’avatar en général, permet ainsi de stimuler l’imagination, de faire entrer le stagiaire dans un espace où tout, absolument tout, peut exister. Rappelez-vous, quand vous étiez enfant, les mondes que vous inventiez avec un simple carton et un bout de ficelle…

Troisièmement, c’est un support consensuel, c’est à dire que tout le monde le connait, tout le monde sait s’en servir, il n’est absolument pas nécessaire de donner le mode d’emploi du post-it en début de Serious Game. C’est d’ailleurs pour cela que les meilleurs avatars sont également les plus simples : des dés, des cartes, du papier et des crayons, etc… Privilégiez toujours la simplicité du matériel et de vos avatars pour valoriser la dynamique du jeu.

L’avatar : le “il était une fois” de votre Serious game

La plus grande difficulté à laquelle est confronté l’organisateur d’un serious game, c’est de parvenir à stimuler l’imaginaire des participants, a fortiori dans un contexte professionnel où est généralement valorisée la rationalité. C’est d’ailleurs ce qui perturbe le plus, dans la phase de démarrage, les stagiaires d’une formations sous forme de serious games : qu’on leur demande de laisser leur rationalité au placard pour s’amuser dans un contexte professionnel.

Mais c’est aussi ce qui fait le succès du Serious Game. 🙂

Une histoire, pour être captivante, doit ouvrir, chez celui qui la réceptionne, un espace et un temps particuliers, car c’est dans cet espace et dans ce temps-là que les règles, les vérités, les certitudes traditionnellement établies peuvent être remises en cause et que nous pouvons laisser libre cours à notre imagination pour inventer de nouvelles règles. Tout est possible dans une histoire, tout est plausible, même ce qui dans la vie de tous les jours nous ferait certainement penser que nous sommes devenus complètement dingues, et nous ferait à tous les coups disjoncter !

Des extra-terrestres, un éléphant qui vole, un tueur en série planqué dans un placard, ou encore un monstre sous un lit… Il n’y a rien de mieux qu’une histoire pour donner vie à tout nos fantasmes, même à l’inimaginable.

mais pour cela, l’imagination a besoin d’un support, et c’est justement cette fonction que va endosser notre avatar : être un support suffisamment polyvalent pour libérer notre capacité à chercher hors des limites de notre rationalité des solutions.

Vous n’imaginez pas ce que vous allez pouvoir faire avec un simple ballon…

On me demande souvent quel est mon avatar préféré : incontestablement, c’est le ballon. Oui, un simple ballon de foot ou de basket, ou encore une petite balle.

le ballon est devenu incontournable dans ma pratique du serious game.

par exemple, j’aime organiser un foot entre les participants d’un atelier pour stimuler la génération d’idées. Mais la polyvalence du ballon ne s’arrête pas là !

Un ballon peut devenir l’objectif, le trésor, que nous cherchons à atteindre dans notre brainstorming. Il peut aussi devenir ce que nous souhaitons protéger, ou au contraire ce que nous voulons transmettre à tout prix.

Avec un ballon, comme avec des post-its, ce sont des milliers de jeux que vous pouvez inventer, à condition, bien entendu, de faire travailler vous aussi votre imagination lorsque vous concevez votre serious game.

 

Il existe beaucoup de livres pour s’initier au serious game, le plus intéressant étant Gamestorming : jouer pour innover. Mais ce livre, comme tous les autres, ne peut être qu’une base à votre réflexion et non une finalité. Sortez des livres et des ateliers tous faits, et inventez vos propres jeux, vos propres règles, vos propres avatars.

C’est à cette seule condition que vous ferez vraiment la différence, que vos jeux éclaireront, par leur originalité, les formations et workshops de vos clients.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *