Le storytelling : un outil pour l’ingénierie pédagogique

0 Commentaire Lire Formation, Storytelling

La semaine dernière, j’ai animé en Tunisie une formation sur le storytelling à destination de formateurs. le fil rouge de l’ensemble de la formation a été le suivant : comment intégrer le storytelling dans la conception d’une formation, qu’elle soit en E-Learning ou présentielle ?

En effet, concevoir une formation, cela ne consiste pas uniquement à concevoir un support ou encore un contenu pédagogique à destination d’un apprenant. Malheureusement, force est de constater que dans la majorité des cas, le travail de conception se résume à cela uniquement. On crée un contenu pédagogique qu’on adaptera a posteriori, dans le meilleur des cas, au niveau et aux attentes de l’apprenant.

Or, cette démarche d’adaptation risque rapidement de tourner au casse-tête, voire, pire, à la vaine tentative de faire entrer un carré dans un rond.

Dans une démarche de storytelling, par contre, nous apprenons à renverser la démarche de conception : nous nous efforçons de comprendre dans le détail qui est notre apprenant pour, ensuite, développer le contenu pédagogique qui apportera la meilleure réponse à la problématique qu’il cherche à résoudre en participant à la session de formation. En décentrant notre démarche d’ingénierie pédagogique, en replaçant l’apprenant au centre, c’est une véritable révolution copernicienne qui s’opère. Là où le support de formation n’était qu’une somme d’apports pédagogiques, celui-ci devient l’adjuvant qui permettra à l’apprenant d’accomplir sa quête, et donc de s’accomplir spirituellement en prenant conscience de lui-même et de ses capacités.

De l’apprenant comme héros d’une histoire qui dépasse la formation

Dans la formation traditionnelle, l’apprenant n’est compris qu’à partir de l’action de formation proprement dite. D’ailleurs, cette prise en compte du niveau de l’apprenant et de ses attentes fait partie intégrante des 21 critères énoncés par les OPCA dans le Data-Dock

Pourtant, cette prise en compte s’avère nécessairement limitative, parce qu’elle ne s’intéresse qu’à l’évaluation cognitive de l’apprenant en rapport à la problématique traitée dans la formation. Elle ne s’intéresse absolument pas à l’histoire globale de l’apprenant, alors que celle-ci est ce qui va donner un sens beaucoup plus profond et émotionnel à l’action de formation.

Afin de déterminer les éléments de cette histoire globale, une des meilleures techniques reste l’utilisation de la carte empathique.

En effet, la carte empathique nous permet :

  • De comprendre l’apprenant dans sa globalité
  • De définir les éléments de langage auquel il va être sensible
  • De calibrer l’angle sous lequel nous amènerons les contenus pédagogiques
  • D’écarter les contenus pédagogiques qui ne seraient pas pertinents
  • De créer les ateliers qui permettront la meilleure mise en pratique du contenu pédagogique

Le schéma narratif pour structurer la session de formation

Le support de formation traditionnel se structure ordinairement autour  des différents apports pédagogiques, chaque apport représentant un module de la formation.

Dans une formation structurée autour d’une structure narrative, comme par exemple, dans sa plus simple expression, le schéma narratif, nous allons pouvoir articuler les apports pédagogiques de manière très différente.

Avec la carte empathique, nous avons déterminé les freins de l’apprenant : nous allons donc développer la formation autour de ces freins, mis en perspective d’une quête qui verra son accomplissement dans l’intégration de la compétence.

Cette prise en compte des freins, des épreuves que l’apprenant va devoir surmonter pour parvenir à réussir son action de formation est une opportunité formidable de scénariser chaque module de manière forte, et surtout d’introduire au coeur de l’action de formation une tension dramatique réelle !

Chaque élément de la formation, comme l’atelier, l’évaluation, même la simple présentation des participants au démarrage de la session, deviennent des éléments narratifs puissants qui ont pour fonction de potentialiser l’aventure de l’apprenant autour d’une problématique qui vaudra comme climax de l’ensemble du processus : l’apprenant réussira-t-il ou non son action se formation ?

Là où le simple fait de participer suffisait auparavant à valider la formation, la validation devient une quête dans laquelle se diluent les certitudes : cette mise en suspens de la réussite va challenger l’aventure que nous proposons à l’apprenant. Il va devoir se dépasser lui-même pour réussir, et c’est ce qui donnera à cette réussite une valeur inestimable.

Le storytelling nous oblige-t-il à repenser l’intégralité de nos supports de formation ?

Une seule réponse : oui ! Et je dirais même que c’est tant mieux !

Quand on sait que le taux de rétention de l’information suite à une formation est compris en moyenne entre 6 et 10%, on ne peut que se dire qu’il est vraiment temps de transformer en profondeur notre manière d’envisager la formation professionnelle.

De la même manière qu’un jeu vidéo constitue une expérience immersive incroyable pour un joueur qui s’identifie de manière fusionnelle à son héros, la formation professionnelle peut elle aussi être une expérience immersive pour l’apprenant.

Et si chaque contenu pédagogique s’avère, en définitive, « gagné » par l’apprenant au travers d’épreuves minutieusement scénarisées, ce contenu prendra pour celui-ci une valeur inestimable : celle de la reconnaissance des obstacles auxquels il aura été confronté, et donc des combats qu’il aura mené pour grandir et devenir plus fort, pour devenir meilleur.

 

On a malheureusement tendance à mésestimer l’apport global du storytelling et de la scénarisation dans un contexte de formation professionnelle, voire de formation tout court. Pourtant, c’est par la création d’univers pédagogiques de plus en plus ludiques que nous pourrons réellement repenser la formation en démultipliant son efficacité et sa rétention par l’apprenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.