Comment créer un support de formation ?

0 Commentaire Lire Tools, Workshops

Il y a quelques semaines, j’ai été sollicité par un grand centre de formation afin d’animer des formations en webmarketing et réseaux sociaux.

Sur le principe, j’ai accepté avec plaisir : j’aime transmettre, et je crois vraiment qu’aujourd’hui encore, les réseaux sociaux et les outils du marketing digital sont particulièrement mal utilisés, y compris par les “pros”.

Nous convenons donc d’un entretien afin de discuter des modalités de ces formations. Le jour venu, me voici sur Skype en train de noter les différents points pour préparer cette formation quand vient celui du support de formation. Et là, je suis littéralement scotché par ce que me dit mon interlocutrice : “il faudra prévoir la création d’un support de formation de 200 à 250 slides”.

Là, je l’interpelle “mais cela signifie que nous allons passer les deux jours de la formation à dérouler des slides ? Y a-t-il une place pour la mise en pratique” ? Et elle de me répondre “La mise en pratique sous la forme d’ateliers n’est pas ce qui est attendu. Vous pourrez éventuellement échanger avec le groupe sur leurs expériences”.

Fin de la discussion me concernant, je décline la proposition. S’il y a une chose que je déteste, c’est me retrouver par la force des choses à mal faire mon travail.

Vous vous rendez compte ? 250 slides ? Comment peut-on infliger cela à un apprenant ?

En tous cas, il existe une certitude : jamais ce dernier ne mettra en pratique le contenu de sa formation… Et pourtant, ce n’est pas si compliqué de créer un support de formation qui soit vraiment intéressant !

Créer son support de formation : ne pensez pas “outils” mais “objectif pédagogique”

Première chose, et non des moindres, la qualité d’un support de formation est totalement indépendante des outils que vous allez utiliser pour le concevoir. J’ai beau avoir écrit ici même un article sur les alternatives à Powerpoint, ce qui va rendre votre support intéressant n’est pas son design. Même un support E-Learning peut être incroyablement chiant s’il est mal scénarisé.

Ce qui va faire la qualité d’un support de formation, c’est sa capacité à synthétiser une information qui va nous servir de socle à la mise en œuvre d’ateliers de mise en pratique.

Et pour cela, il va vous falloir préciser de manière beaucoup plus resserrée les objectifs pédagogiques de votre formation.

Je prends l’exemple d’une formation community management : si l’objectif, comme on le voit encore trop souvent sur les programmes des centres de formation, est de maitriser toutes les techniques de base du community management en deux jours, autant dire que cet objectif ne sera pas atteint : il ne correspond à aucun critère d’un objectif, c’est à dire :

  • Simple
  • Mesurable
  • Accessible
  • Réaliste
  • Temporel

Par contre, nous pouvons tout à fait nous fixer comme objectif que l’apprenant soit capable d’animer une page Facebook à partir d’un calendrier éditorial et d’en analyser les retombées.

Certes, l’objectif est beaucoup moins ambitieux, peut-être moins vendeur sur un catalogue de formation, mais il est suffisamment raisonnable et ambitieux pour pouvoir créer une formation orientée vers la pratique, et non l’apport seul de connaissances.

Pensez d’abord “ateliers” puis “support de formation”

Avant de partir bille en tête dans la création de votre support, je vous invite à vous poser cette question : votre support est-il l’élément le plus important de votre session de formation ?

Selon moi, la réponse est clairement non : le plus important, ce sont les ateliers de mise en pratique.

Ainsi donc, segmentez votre session de formation comme une aventure que va vivre l’apprenant, aventure au bout de laquelle, comme dans toute bonne histoire, il doit accomplir une quête, à savoir l’objectif pédagogique que vous avez fixé.

Pour atteindre cet objectif, par quelles épreuves notre apprenant devra-t-il passer ? Quels obstacles devra-t-il surmonter ?

En fonction de chaque obstacle, vous allez ainsi créer un atelier permettant une acquisition par la pratique de nouvelles compétences. Cette succession d’ateliers, loin d’être anecdotique, constitue véritablement le cœur de votre formation.

Alors, me direz-vous, quel va être alors la fonction du support de formation ? Le rôle du support de formation, même s’il est secondaire, reste stratégique sur deux aspects.

Le support de formation entre teasing et verbalisation

Dans ce modèle de formation qui privilégie la mise en pratique à la théorie, le rôle du support de formation de déplace. Là où dans le cas de mes 250 slides, il ne servait qu’à descendre vers l’apprenant, de gré ou de force, un socle de connaissance théorique, le support prend ici la stature d’un élément narratif à part entière permettant à l’apprenant de vivre pleinement l’expérience de l’aventure qui lui est proposée.

Ainsi donc, le support joue un double rôle :

– Un rôle de teasing : son objectif sera d’amener l’atelier en travaillant l’attente, sous la forme d’une mise en tension dramatique

– Un rôle de verbalisation : l’atelier réalisé, il faut maintenant mettre les justes mots sur ce qui a été produit par le groupe, ou par l’apprenant dans le cadre d’un coaching individuel. C’est le moment de proposer les concepts qui permettront d’articuler sous la forme de connaissance la compétence acquise, mais une connaissance a posteriori, au plus près de l’expérience vécue et des émotions ressenties par l’apprenant.

Inutile, donc, de multiplier les slides : plutôt que de penser contenu, pensez nœuds dramatiques tout au long de la session de formation.

 

Créer un support de formation sur ce modèle n’est pas plus facile, au contraire : il nécessite de la part du formateur de solides compétences en scénarisation et en storyboarding, compétences qui ne sont aujourd’hui guère valorisées chez les formateurs. Pourtant, c’est un vrai grain : pour le formateur qui va pouvoir co-construire réellement l’action de formation avec l’apprenant, mais surtout pour l’apprenant, qui va enfin découvrir une chose primordiale : qu’on peut apprendre réellement tout en s’amusant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *